« Billet précédent : Travailler en ligne : les bookmarks

La blonde fait son « Blog Action Day » sur l'environnement

Publié le lundi 15 octobre 2007 dans Mes boucles - lu 3011 fois

La blonde fait son « Blog Action Day » sur l'environnement Chaque année, le site Blog Action Day invite les bloggeurs du monde entier à s'unir pour une cause en rédigeant sur leur blog respectif un article en rapport avec cette cause. Cette année le sujet est l'environnement. Vous me connaissez, je suis une blonde plutôt verte et je me devais donc de participer à l'événement.
Le problème c'est que c'est un thème très vaste et bien qu'on ai le choix sur la précision du sujet, il est difficile de ne pas tomber dans les clichés qui reviennent toujours et de passer pour l'écolo de base. J'ai donc eu l'idée de vous parler des situations qu'il m'arrive d'imaginer sur la vie que nous vivrions dans un monde sans les énergies et les ressources qui font notre quotidien.
Il y a trois choses que nous utilisons tous - ou quasiment tous - au quotidien*, et auxquelles nous accédons sans que nous nous rappelons de la facilité d'accès et de l'utilité que cela représente. Ces éléments sont l'eau, l'électricité et le pétrole ; et sans eux, tout serait vraiment différent.

Plus d'eau au robinet

De nos jours, on entend souvent dire que l'eau devient une denrée qui commence à devenir rare. Qu'il faut la préserver car les nappes phréatiques vont se trouver à des niveaux très bas, ce qui semble déjà être le cas dans certaines régions. Imaginez que nous en arrivions effectivement à une pénurie d'eau. Imaginez que l'on nous coupe complètement l'eau du robinet. Qu'adviendront nous ?

Je me souviens, il y a quelques années, dans mon village, nous avions souvent des coupures d'eau. Je crois que c'était du à des glissements de terrain qui cassaient des canalisations. Une fois, la coupure a duré deux jours. Le service des eaux était incapable de nous informer sur les raisons et sur le délais de rétablissement de cette panne. Je me souviens avoir fini par râler parce qu'il n'avait pas mis en place un système de distribution d'eau potable.
Comme tout le monde, je me trouvais au dépourvu sans une ressource que j'avais toujours vu abondante. Comme tout le monde, je trouvais inadmissible que l'on nous laisse sans cette ressource vitale. Pourtant, j'étais la seule à me retrouver presque à poil dans la rue principale du village, à me laver à la fontaine qui elle fournissait encore du précieux liquide puisqu'elle provient d'une réserve.

J'ai la chance d'habiter à la campagne et d'avoir la possibilité de trouver facilement de l'eau dans son état naturel. Deux fontaines sont reliées à une réserve, une autre coule sans arrêt puisqu'elle est issue d'une source et il y a même quelques marres dans les prés environnants. Mais si une vraie pénurie devait survenir au bout de tous nos robinets, trouverions-nous suffisamment d'eau en milieu naturel ? Et combien d'entre nous en survivraient ?


Plus de jus dans la prise

De la même manière que nous obtenons de l'eau par un simple tour de poignet, nous accédons à l'électricité beaucoup plus facilement qu'en pédalant pour faire tourner une dynamo*. Tout fonctionne à l'électricité aujourd'hui, même des produits complètement superflus sont branchés sur le secteur. Et quand ça ne se branche pas, ça fonctionne à pile.

Bon, c'est vrai que si notre brosse à dent électrique tombe en panne, on trouvera facilement une solution de remplacement. Si notre télévision tombe est en rade, on survivra. Si la machine avec un écran, un grand boîtier à touches et un petit boîtier à boutons devant ne s'allume plus, on s'en passera (sauf si on travaille avec au quotidien).

Mais si demain une catastrophe naturelle (ou même terroriste) venait à stopper la production d'électricité nucléaire, comment ferrons nous pour nous éclairer, pour conserver nos aliments au frais, pour laver notre linge, pour faire cuire un poulet ? Combien d'entre nous se souviennent que pour faire du café il suffit de faire bouillir de l'eau et la faire couler dans le filtre contenant du café moulu ? Au fait, si habituellement pour faire chauffer de l'eau vous utilisez un four à micro-ondes, une bouilloire ou une plaque électrique, je vous rappelle que l'on peut la faire bouillir en la versant dans une gamelle que l'on place sur un feu (ça peut se faire avec du bois).

Cette petite anecdote sur le jus (celui que nous buvons) illustre bien comme l'autre jus, celui que nous utilisons - et gaspillons - au quotidien est nécessaire et que nous l'avons rendu indispensable.


Plus d'or noir à la pompe

Bon, outre les produits fabriqués à base de pétrole que nous pouvons certainement fabriquer autrement, un épuisement des ressources pétrolières nous immobiliseraient puisque nous ne savons nous déplacer qu'en véhicule motorisé*. Quelle facilité de prendre un avion pour un voyage d'affaire ou de complaisance ! Quelle facilité de prendre sa voiture pour aller manger chez ses beaux parents le dimanche !

Je n'arrive pas à m'imaginer comment tournerait le monde sans le commerce, les approvisionnements, les échanges faits grâce à cette énergie fossile. Et nous, fainéants que nous sommes, comment nous déplacerions nous sans elle ? Autant plus haut je me vantais d'avoir à la campagne plus de facilité d'accès à l'eau qu'à la ville, autant je ne peux pas en dire de même pour tout approvisionnements en quoi que ce soit.

En ville, deux pattes permettent d'accéder à de nombreux biens de consommation de première nécessité, et même si c'est un peu éloigné, il y a des velov' ou des vélib'... Mais à la campagne, loin de tout, il faut une bonne bicyclette avec de bonnes sacoches ou alors des chevaux bien ferrés pour pouvoir se passer de véhicule à moteur. De toutes façons, si on en arrivait là, ce ne serait pas plus mal. Nous serions obligé de nous retourner vers d'autres solutions. J'espère seulement qu'elles seraient plus propres et plus écologiques si ce devait être le cas.

Le prix des carburants a beau augmenter sans arrêt, la production n'est pas en baisse vu qu'en compensation les moteurs consomment moins et le parc de véhicules augmente. Personnellement je ne râle jamais sur le prix des carburants. Je trouve que c'est un produit de luxe qui nous permet de faire des déplacements de luxe et qui plus est, dégrade l'environnement par sa production de gaz à effet de serre.


Conclusion

Les situations que j'ai décrites dans ce billet sont vraiment le fruit de mon imagination et à mon avis, bien qu'elles soient possibles, je crois - et j'espère - que nous n'y arriverons pas de sitôt. Mais nous ne pouvons pas nier que nous allons dans cette direction et c'est pourquoi je pense qu'il faut se soucier de l'environnement et préserver le plus possible nos ressources naturelles et vraiment ralentir la pollution que nous laissons dans l'atmosphère et sur la planète.

« Facile à dire ! » me direz vous. « Et que fais tu pour cela ? » me demanderez-vous... Et bien comme dans cette article, j'en prends conscience, je m'en préoccupe, j'en parle et j'essaye de multiplier les gestes du quotidien pour aller dans ce sens. Ce n'est peut être pas grand chose mais si nous sommes nombreux à le faire, cela peut prendre de l'importance et changer l'avenir. La preuve, nous sommes près de 15000 bloggeurs à parler de ce sujet aujourd'hui. Ca fait un paquet de lecteurs touchés !

À ceux qui me répondront que ce n'est pas en fermant les robinets qui gouttent, que ce n'est pas en éteignant la télévision plutôt que de la laisser en veille, que ce n'est pas en appuyant moins fort sur l'accélérateur de la voiture, que cela changera quoique ce soit, que la dégradation de l'environnement est due en priorité aux grands groupes industriels et aux politiques corrompues, à ceux là je dirais que nous sommes TOUS responsables puisque nous consommons, nous acceptons, nous votons, et nous vivons avec les énnergies et ressources dont il est question ici...


* Dans des pays développés comme le notre j'entends. Mais rappelons que ce n'est pas le cas de tout le monde.

Billet suivant : Différence de copie de dossier entre Mac OS X et Windows »